Vente en viager : définition, fonctionnement et avantages

Vente
Partager:

Comment vendre sa maison en viager ?

 

Généralement utilisé par des personnes âgées, le mode de vente en viager présente l'avantage d'assurer un bon complément retraite, tout en permettant de continuer à vivre dans son logement. De son côté, l'acheteur n'a pas besoin de dépenser la globalité du prix de vente et peut espérer réaliser une bonne affaire. Explications.

 

Vente en viager, comment ça marche ?

 

La vente en viager consiste à vendre son logement à un acquéreur : le débirentier, qui versera une rente mensuelle au vendeur : le crédirentier, jusqu'au décès de ce dernier. La plupart du temps, le crédirentier reste dans son logement jusqu'à sa fin de vie. Outre le fait de s'assurer une retraite paisible, c'est là l'autre gros avantage pour le vendeur.

 

Attention, il est possible de vendre en viager sur plusieurs têtes, sur les deux conjoints par exemple. En cas de décès d'un membre du couple, la rente devra continuer à être versée jusqu'à la mort du second.

 

C'est le bouquet !

 

Le prix de vente est établi entre les parties selon la valeur vénale (estimation) du bien immobilier et par rapport à des barèmes sur l'espérance de vie, consultables auprès de notaires ou de compagnies d'assurance. Une partie du prix de vente peut être réglée dès la signature de l'acte de vente, c'est ce qu'on appelle le bouquet. Évidemment, plus le montant du bouquet est important, moins la rente sera élevée. Pour le côté un peu morbide du viager, plus le décès du crédirentier intervient tôt, plus le débirentier a des chances de faire une affaire financière.

 

Mais si le vendeur décède dans les 20 jours suivant la signature de l'acte de vente, la vente est jugée comme non valable par la loi. Par ailleurs, afin de sécuriser la transaction, une clause résolutoire peut être inscrite au contrat afin de permettre au créditeur de récupérer son bien en cas de non versement de plusieurs rentes, ou de conserver le bouquet en cas de résiliation.

 

Fiscalité de la vente en viager

 

La taxe foncière doit être payée par le débirentier, tandis que les réparations et l'entretien du logement, ainsi que la taxe d'habitation et les factures d'énergie restent à la charge du crédirentier.  Les rentes viagères sont quant à elles soumises à l'impôt sur le revenu de manière dégressive selon l'âge du crédirentier. Ainsi, la fraction imposable de la rente sera de 70% si le vendeur est âgé de moins de 50 ans, de 50% s'il a entre 50 et 59 ans, de 40 % de 60 à 69 ans et de 30% s'il a plus de 69 ans.

 

 

La vente au bout du fil
Laissez-nous vos coordonnées et l’expert immo de votre quartier vous contactera dans les meilleurs délais
être rappellé(e)
Non merci, vendre facilement ne m’intéresse pas