Syndics de copropriété bénévoles : tout ce qu'il faut savoir

Copropriété
Partager:

Qu'est-ce qu'un syndic de copropriété bénévole ?

 

Le syndic bénévole, l'alternative au syndic professionnel

Contrairement aux idées reçues, rien n'oblige les copropriétaires à faire appel à un syndic professionnel pour gérer leur copropriété. Ils peuvent en effet confier le mandat de syndic à un copropriétaire ou son conjoint, à condition qu'il ne soit pas membre du conseil syndical.

 

Si contrairement au syndic professionnel, il n'a pas besoin de détenir une carte professionnelle, justifier d'une garantie financière ou souscrire une assurance professionnelle, le syndic de copropriété bénévole a en revanche les mêmes obligations et responsabilités. Il doit notamment :

  • administrer l'immeuble dans le respect du règlement de copropriété, veiller à son entretien et sa conservation, tenir à jour le carnet d'entretien

 

  • établir le budget prévisionnel, tenir une comptabilité faisant apparaître le solde dû par chaque copropriétaire

 

  • recouvrer les appels de fonds et provisions sur travaux et régler les dépenses

 

  • convoquer les Assemblées Générales ordinaires et extraordinaires

 

  • exécuter les délibérations votées en Assemblée

 

  • représenter le syndicat dans tous les actes civils et en justice.

 

 

Les avantages et les inconvénients d'un syndic de copropriété bénévole

  • Le premier avantage que voient les copropriétaires dans le syndic bénévole est sa gratuité, qui permet d'économiser un ou plusieurs milliers d'euros chaque année. Non rémunéré, il est toutefois remboursé des dépenses engagées pour le compte de la copropriété, tels que par exemple des frais de télécommunication, de courriers ou de logiciel de comptabilité.

 

  • Généralement, le syndic bénévole est aussi apprécié pour sa rapidité d'intervention. Comme il se trouve bien souvent dans l'immeuble, il est immédiatement averti dès qu'il y a un problème à régler et déclenche plus rapidement les interventions des entreprises.

 

D'un autre côté, le choix d'un syndic bénévole présente également des inconvénients.

  • La tenue de la comptabilité fait partie intégrante de la mission du syndic et le manque de connaissances ou de temps freine souvent les copropriétaires désireux de présenter leur candidature.

 

  • En outre, de nombreux copropriétaires ignorent la réglementation et sont plus susceptibles de commettre des erreurs dans l'exercice de leur mandat et d'engager la responsabilité du syndicat.

 

  • Enfin, l'assurance ne couvre pas le syndicat de copropriété contre les fautes et manquements du syndic bénévole.

 

Ce qui est essentiel pour un syndic de copropriété bénévole

Le syndic de copropriété bénévole doit donc être une personne qui dispose de temps pour s'occuper de la copropriété et notamment la comptabilité. En outre, il doit se tenir informé de la législation et, idéalement, adhérer à l'Association des responsables de copropriété (ARC) afin de bénéficier d'une aide et d'une assistance dans la gestion de copropriété.

 

En outre, tout comme le syndic professionnel, le syndic de copropriété bénévole n'est pas à l'abri d'une erreur ou d'une omission pouvant engager gravement la responsabilité du syndicat. Bien qu'elle ne soit pas légalement obligatoire, la souscription d'une assurance responsabilité civile d'un syndic bénévole est indispensable : elle le protège à l'égard des tiers en cas de mise en danger dans les parties communes ou de perte de document.