Comment calculer la plus-value sur la vente d’un bien immobilier ?

Financement
Partager:

Comment calculer la plus-value sur la vente d’un bien immobilier ?

Quand on souhaite vendre un bien immobilier, il arrive que certains soient soumis à l’impôt sur la plus-value. Même si certains s’avèrent exonérés, d’autres s’y soumettent.

Mais comment la définir ? Comment la calcule-t-on ?

Voici quelques détails pour y voir plus clair.

 

À propos de la plus-value immobilière

La plus-value immobilière correspond à la différence entre le prix de vente et le prix d’achat.

 

De même, les dépenses de travaux (pour une construction, une reconstruction, un agrandissement ou une amélioration) jouent un rôle dans le calcul de la plus-value immobilière.

 Ils sont pris en compte de la même façon que ceux qui entrent en considération pour la détermination du revenu foncier imposable.

 

Mais, les dépenses concernant l’entretien ou les réparations — même de grosses réparations — ne figurent pas dans les dépenses prises en compte pour le calcul de la plus-value.

 

Calcul de la plus-value immobilière

Ce calcul s’effectue en 2 temps : calcul de la plus-value brute et calcul des abattements.

On retient 2 notions pour ce calcul que sont le prix de vente corrigé et le prix d’acquisition corrigé.

 

Pour le prix de vente corrigé, il correspond au prix de vente auquel la transaction a eu lieu auquel on ajoute le montant des charges et indemnités dû.

De même, on réduit le prix de vente des frais que le vendeur a dû supporter pour la vente (diagnostics obligatoires, frais de mainlevée, etc.).

 

Pour le prix d’achat corrigé, il correspond au prix d’achat payé par le cédant auquel on majore des frais d’acquisition sur un forfait de 7,5 % et le montant des travaux réalisés le cas échéant.

 

Dès lors, la plus-value immobilière brute est égale à la soustraction du prix de vente corrigé et du prix d’acquisition corrigé.

 

Enfin, on applique un taux d’abattement qui correspond à chaque année de détention.

À noter que la plus-value immobilière est exonérée au bout de 22 ans pour l’impôt sur le revenu et de 30 ans pour les prélèvements sociaux.

 

En ce qui concerne la plus-value pour une résidence secondaire, la taxe appliquée est de 36,2 %.