Vente immobilière sans agence : le guide

Vente
Partager:

Vente immobilière sans agence : le guide
Vendre sans agence est une aventure plaisante. La perspective d’une nouvelle vie est perçue comme une bonne chose. Voici condensés les points-clés à prendre en compte dans le secteur de la vente immobilière.
 

 

Réaliser les diagnostics techniques

Avant tout, il faut savoir que la vente d’un bien vous demandera de connaître son état. Que votre maison ou votre appartement dispose d’une mauvaise note énergétique ne vous empêchera pas de procéder à sa mise en vente. Mais ce pourra être un frein pour les acquéreurs, qui risquent fort de devoir entreprendre des travaux.

Mais pour pouvoir mettre en vente votre bien, la production de certains diagnostics est obligatoire :

  • Le plus réputé est le diagnostic de performance énergétique, ou DPE. Il est valable 10 ans, et s’adresse à tous les logements chauffés individuellement ou collectivement ;
  • Les certificats gaz et électricité doivent être effectués tous les 3 ans. Ils concernent tous les logements de plus de 15 ans. Il en va de même pour le certificat d’assainissement, pour tous les logements qui ne sont pas raccordés à un service collectif
  • Le diagnostic concernant l’amiante dispose d’une validité illimitée, mais il doit avoir été réalisé pour tous les logements avant le 1er juillet 1997.

Vous aurez éventuellement besoin d'autres diagnostics qui concernent des bâtis spécifiques, si par exemple, le bien est situé dans une zone à risque de termites, vous devrez disposer d’un certificat de traitement de moins de 6 mois

Fixer le prix de vente

Choisir le prix de vente de son bien n’est pas difficile en soi. Pour une vente directe, il suffit que le vendeur accepte de se conformer à la loi de l’offre et de la demande. En période de crise, cela est souvent plus compliqué, car l’immobilier se portant mal, les vendeurs réalisent régulièrement des moins-values.

Pour fixer votre prix, vous n’êtes pas seul :

  • Faite une estimation complète en ligne
  • Demandez l’avis d’un agent présent à l’échelle locale. Il pourra vous donner des exemples de prix, pour des biens similaires au vôtre ;
  • Vous pouvez également demander l’opinion de votre notaire. Celuici n’intervient pas que pour le compromis et l’acte d’achat : c’est un professionnel juridique, et en tant que tel, son avis est une sécurité pour vous ;
  • N’hésitez pas à chercher par vousmême d’autres offres disponibles dans votre quartier. Sur le Net, voyez comment d’autres que vous vantent les mérites de leur bien, et comment ils en viennent à un prix de vente ;

A la recherche des acheteurs

Trouver des acheteurs sans une agence spécialisée est parfaitement envisageable. Au-delà du traditionnel panneau « A vendre » disposé en façade, vous aurez accès à des sites Internet multiples.

Sur ces sites, la description doit être claire et comprendre des éléments concrets : localisation dans le quartier, superficie ainsi que prix de vente sont un minimum. N’hésitez pas à inclure des avantages, comme la proximité du centre-ville et des transports, ou la construction récente d’une véranda.

Les photos, de leur côté, devront appuyer le texte et le compléter : un espace propre et rangé, et lumineux au possible. Evitez les portraits, privilégiez les photographies au format paysage. D’autre part, mettez en ligne de 5 à 10 photos, à chaque fois montrant un nouvel avantage : un bien spacieux, à la décoration épurée et personnalisable, disposant d’équipements fonctionnels et de nombreux rangements, etc.

Guider les visiteurs

Parce que vous avez fait le choix de la vente immobilière entre particuliers, vous devrez accompagner vos acquéreurs potentiels lors des visites.

Sur le terrain, vous disposez d’un atout indéniable : vous connaissez le bien à vendre mieux que quiconque. Vous serez davantage apte à souligner l’intérêt de votre maison ou de votre appartement auprès d’un acheteur que n’importe quel agent immobilier.

Cela dit, une once de sens commercial ne sera pas de trop. Avant de recevoir les visiteurs, assurez-vous d’avoir tous les documents nécessaires (dont votre DPE). Renseignez-vous sur ce qu’est la loi Carrez, et sur la superficie de votre bien au titre de cette loi.

Durant les visites, il est évident que vous devrez souligner les avantages. Il n’est pas question de nier les défauts, mais plutôt de diriger votre acheteur vers une solution. Si votre bien a besoin de travaux, vous pouvez lui proposer de vous en charger avant la vente, ou de lui accorder une réduction sur le prix.

La rédaction d’un compromis de vente

Dans le cas où vous devriez réaliser des travaux par vous-même, ils devraient être inscrits dans le compromis de vente, aux côtés des autres conditions suspensives.

Outre ces conditions, le compromis, qui doit être rédigé par le vendeur du bien, doit comprendre :

  • L’identité du vendeur et de l’acheteur ;
  • Une description du bien : adresse, superficie, nombre de pièces, etc.
  • Le prix de vente ;
  • La date d’effet de la vente ;
  • Les signatures des deux personnes ;

 

Grâce à notre guide de vente immobilière sans agence, vous voilà prêt à devenir votre propre agent immobilier !