Marché immobilier en 2017 : de nouveaux records enregistrés - Homagency

Immobilier entre particuliers

Nouveau record de transactions et hausse des prix pour l'immobilier ancien !

Le marché immobilier ancien a le vent en poupe. Les ventes en la matière ont même atteint des chiffres jamais vus jusque-là. Ainsi, selon les statistiques publiées par les notaires de France et l'Insee, 968 000 biens immobiliers anciens ont été vendus au cours de l'année 2017, nouveau record historique ! Soit 120 000 ventes supplémentaires par rapport à la précédente marque de référence, qui datait seulement de 2016.

« Si on n'a pas atteint le million de transactions, c'est tout de même un niveau exceptionnel, dans un marché qui a retrouvé la fluidité des années fastes, de 1999 à 2007 », analyse Thierry Delesalle, notaire parisien, auprès de l'AFP. Ces importants volumes de transactions sont le fruit des taux d'intérêt très bas actuels qui favorisent l'achat.

Flambée des prix sur Paris

Sur l'année civile, les prix des logements anciens ont connu une augmentation de 4 %, les appartements en tête avec une hausse de 5 % contre une progression des prix de 3,2 % pour les maisons, toujours d'après les chiffres compilés par l'Insee.

Sur Paris même, les prix ont effectué un bond spectaculaire de +8,6 % en comparaison à 2016, soit 700 euros de plus par m² et un surcoût supplémentaire de 38 500 euros en un an pour l'achat d'une surface de 55 m² par exemple. Selon les estimations, ce chiffre devrait même atteindre 9,3% en avril 2018 pour la capitale, contre 4,1 % dans la petite couronne et seulement 0,4 % en grande couronne. Ces deux derniers marchés sont « plus sains, équilibrés, parce que l'on y construit davantage », note M. Delesalle. Le prix moyen du m² à Paris devrait quant à lui se situer aux alentours de 9 300 euros à la fin du premier trimestre.

Hausse en province, mais pas en campagne

Si en province, les prix des logements anciens ont également enregistré une hausse en 2017 (+3,5 %), « il y a toutefois encore des secteurs au faible dynamisme économique comme les zones rurales, où les prix ont tendance à baisser, les biens ne trouvent pas forcément un acquéreur », souligne Thierry Delesalle.


Partagez ce conseil:
 
Nous proposons un mois d'essai Gratuit !