Achat immobilier : quelle est la meilleure période ?

Actualité Immo
Partager:

Achat immobilier : quelle est la période la plus favorable ?

 

Lors d’une vente sans agence immobilière, de nombreux facteurs entre en jeu dans son bon déroulement. Certains, comme les défauts que comporte votre maison, sont évidents. D’autres, en revanche sont plus subtils et relativement méconnus des particuliers cédants.

C’est le cas de la saisonnalité des ventes. Les statistiques montrent effectivement que l’immobilier varie énormément d’une saison à l’autre. Comment cela est-il possible ? Peut-on en tirer parti, que ce soit en tant qu’acheteur ou vendeur ?

L’immobilier, ce marché cyclique
Il existe des marchés dont la saisonnalité est prouvée, ou tout simplement évidente. Le secteur du tourisme, par exemple, fonctionne à plein régime durant les vacances scolaires, ou tout spécialement durant les mois de juillet et d’août. De la même façon, les magasins de jouets réalisent une bonne partie de leur chiffre d’affaires pendant la période des fêtes de Noël.

Ce qui est moins connu, c’est que le marché immobilier suit cette même logique. En effet, il y a des périodes dans l’année où les ventes de biens sont les plus hautes. Cette période correspond aux deuxième et troisième trimestres de l’année : globalement, de mai à septembre, le nombre de transactions immobilières est ainsi boosté.

Toutefois, il faut être prudent, car les statistiques enregistrent les transactions effectives, et non un nombre de visites ou de promesses de ventes. Or, on considère qu’il faut en moyenne trois mois entre la visite d’un bien et le moment où celui-ci est effectivement vendu.

                La haute saison est aussi celle de l’immobilier

La raison de cette saisonnalité correspond à des comportements propres à la société, et en général rythmés par les années scolaires. En effet, les grandes vacances d’été sont en général le moment où de grands projets sont réalisés :

  • Dans les familles, on profite des vacances des enfants pour déménager. C’est à ce moment qu’on les change d’établissement, et donc que l’on cherche un logement plus adéquat ;
  • Pour les professionnels, les vacances sont aussi le moment des départs en congé. C’est un moment où les mutations et les remplacements sont effectués, et que l’on doit donc trouver un bien près de son lieu de travail ;
  • Et comme les vacances sont un moment dédié à la détente, c’est à cette période que fleurissent les ventes de résidences secondaires ;

En clair, c’est un moment de bouleversement, ceux-ci impliquant donc de nouveaux achats immobiliers et de nouvelles ventes sans agence.


 

Acheter un bien immobilier à la fin de l’année : le bon moment

Par conséquent, si la saison estivale est le moment des ventes pour l’immobilier entre particuliers, la fin d’année est-elle inversement propice aux acheteurs ? C’est relativement vrai, car on pourrait presque parler « d’hibernation de l’immobilier ». En fait, en fonction de la période de l’année à laquelle vous prétendez acheter, vous ne disposerez pas des mêmes avantages.

                La fin d’année, la saison des bonnes affaires pour effectuer un achat immobilier

D’une manière générale, les deuxième et troisième trimestres constituent donc la période privilégiée des vendeurs. Du point de vue d’un acheteur, cela peut signifier a contrario que l’offre est moins conséquente en hiver : vous aurez alors le choix entre moins de biens différents. Il faut toutefois prendre cette affirmation au conditionnel, car encore une fois, les chiffres montrent une augmentation des ventes, et non une augmentation des biens à vendre.

Cela dit, même dans le cas où l’offre serait moins présente, la demande réduit aussi, et cette fois de manière mécanique. En effet, les bouleversements sociétaux sont moindres en hiver, l’immobilier gardant donc une certaine stabilité. Par conséquent, vous aurez plus de chances d’être le seul acquéreur sur votre bien. Mieux encore : comme la demande est moins importante, de nombreux propriétaires sont plus enclins à la négociation, parfois persuadés que leur bien a été surestimé. C’est donc la période idéale pour les bonnes affaires en matière d’achat immobilier.

La saison estivale a-t-elle son mot à dire pour les acheteurs ?

De son côté, la saison estivale n’a-t-elle que des désavantages ? Du point de vue d’un vendeur, cette période est intéressante. Les négociations réalisées par les acheteurs en hiver sont aussi valables pour les vendeurs à l’été. En effet, la situation est alors inversée : la demande étant plus forte, les prix ont tendance à grimper. C’est donc le bon moment pour vendre sans agence.

Mais pour les acheteurs, c’est bel et bien une saison à éviter. Le seul facteur pouvant changer la donne n’est pas tant relatif à l’immobilier entre particuliers qu’à l’immobilier d’investissement : il s’agit de l’imposition fiscale, car la fin de l’été (le mois de septembre) est également la période des impôts. En conséquence, c’est souvent à cette période que l’on réfléchit à une optimisation fiscale, celle-ci passant parfois par une transaction immobilière. Mais il faut bien attendre que la rentrée soit passée pour observer une réelle différence dans les prix de vente.